Deutz Sentimental

Pour commencer, peut-être allez-vous trouver ma chronique désuète, voire un brin farfelue. Ce ne sera pas la première fois. Tout d’abord, je vous dois une explication. Avril est pour moi l’occasion de célébrer tous les béliers qui me côtoient : en premier lieu, une de mes fils, Victor, ma maman, Françoise, qui n’est plus deLire la suite « Deutz Sentimental »